Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Vous êtes ici : Accueil / Actualités / Présentation des lignes de force du budget 2018
Actions sur le document

Présentation des lignes de force du budget 2018

budgetLe CPAS de Mons présente un budget 2018 à 98.710.457,62 €, soit 7,6 % d’augmentation par rapport au budget 2017 (91.684.281,63 €). Cette augmentation s’explique principalement par l’augmentation du revenu d’intégration sociale : + 9% (soit 3.030 dossiers en plus par rapport à l’an dernier).


Explications :

Evolution du RIS

Pour l’année 2018, le montant à charge du CPAS sera de 7.665.000 € contre 6.720.550 € au budget 2017.

Par rapport aux autres provinces, Mons a connu entre 2015 et 2017, une augmentation du RIS de 12,34 %. C’est moins que l’augmentation du nombre de RIS sur la Province du Hainaut qui, sur la même période, a augmenté de 18,78 % (sources SPP intégration sociale). En Wallonie, sur la même période, l’augmentation est de 20,21 %.

Pour rappel, les montants de base du RIS sont les suivants (au 1er septembre 2017) :

  • Personne avec charge de famille :        1.190,27 €
  • Isolé :                                      982,70 €
  • Cohabitant :                              595,13 €

Sur le territoire montois, les RIS se répartissent :

  • Etudiants :       15 %
  • Jeunes de -25 ans (hors étudiants) : 19 %
  • Etrangers : 7 %
  • Sans-abri : 5%
  • RIS de rue : 9 %
  • Autres : 33 %
  • Sortie des allocations d’insertion : 8%
  • Exclusions/sanctions : 1%
  • Non-respect du plan d’accompagnement : 3 %

Les évolutions entre 2015 et 2017 sont les plus importantes sur les points suivants :

  • Sorties des allocations d’insertion : - 14,83 %
  • Sorties des allocations de chômage (exclusions/sanctions) :

- 49%

  • Sorties des allocations de chômage (non-respect du plan d’accompagnement) : - 46,43%
  • RIS étudiants : + 32,46 %
  • Jeunes de -25ans (hors étudiants) : + 5,33 %

Le coût net de l’Action sociale menée par le CPAS de Mons est de  + 1.015.737 €, ce qui est inférieur à la dotation communale sollicitée (983.868,79 €).

Une attention particulière pour les jeunes

On constate, malheureusement, que de plus en plus de jeunes font appel au CPAS. Notre action quotidienne leur permet, toutefois, d’avoir de nouvelles perspectives. C’est une action prioritaire de notre CPAS. Notre service de remédiation scolaire est aussi particulièrement apprécié par les étudiants.

Notre attention est cependant attirée par les NEETS, ces jeunes de moins de 25 ans que l’on ne retrouve ni dans l’emploi, ni dans la formation, ni dans les études (à Mons : 573 jeunes). Ces jeunes font d’ailleurs l’objet d’une priorité de l’Union Européenne. Pour proposer une réponse innovante et positive, le CPAS de Mons a mis en place « l’Action jeunes », un projet soutenu par le Fonds Social Européen. L’objectif : travailler l’accroche à domicile des jeunes par des jeunes, futurs psy et éducateurs et proposer des actions de préparation à la vie professionnelle (découverte d’entreprises, visites sur sites, accompagnement vers et dans l’emploi,…). Ce projet encourageant est mené avec l’UMONS et la Haute Ecole en Hainaut.

Le personnel

L’effectif du CPAS de Mons est de 808 agents en 2017. Le plan de gestion a été respecté avec le remplacement d’un agent sur quatre hors services normés mais force est de constater que cette règle théorique ne colle pas à la réalité de terrain et qu’en 2017, par exemple, le CPAS a dû renforcer ses services de première ligne vu l’augmentation des dossiers liés au revenu d’intégration sociale.

Par rapport au budget 2017, les dépenses de personnel augmentent de 2.085.092,62 soit 5,4 %. Il est à noter que cette augmentation est liée aux nouveaux projets de la maison de l’adolescent et de la nacelle (+ 20,1 ETP soit 739.458,36 €), qui sont entièrement subsidiés par la Fédération Wallonie Bruxelles et l’ONE. A noter également que le coût net du personnel est de 12.840.950,09 €, soit une diminution de 1,78% par rapport au budget 2017.

En conclusion, le CPAS mène une politique de gestion des ressources humaines qui :

  • Respecte les impositions du CRAC
  • Soutient la politique de nominations à laquelle elle s’est engagée dans le cadre du Pacte (15 nominations)
  • A anticipé au mieux la cotisation de responsabilisation, qui avait été budgétée à 1.335.518 € mais sera finalement de 723.619,54 €.


Les recettes

La dotation communale 2018 s’élève à 16 913 000 €, soit           983 868,79 € de plus qu’en 2017.  Elle représente 17,13 % du budget du CPAS. Une dotation spécifique de 50.000 € a également été activée pour pallier la fermeture du Resto du cœur montois, afin d’engager du personnel pour mettre en place une structure temporaire d’aide alimentaire. Enfin, le CPAS active cette année le crédit spécial de recettes d’un montant de 732.525 €.

Une action sociale 360 °

Parmi les missions du CPAS, Marc Barvais insistera sur plusieurs thématiques. Tout d’abord, l’insertion socioprofessionnelle, qui permet de rebondir vers l’emploi et la formation, avec plus de 460 personnes mises à l’emploi en 2017, que ce soit au sein de la Ville, du CPAS, d’asbl ou du secteur privé. Une priorité que le CPAS de Mons assume depuis les années 80.

En terme de formation et de création de nouveaux métiers, le CPAS de Mons est l’opérateur central du projet RECYTROC, dont l’objectif est de réinstaurer un ramassage intelligent des encombrants à domicile. Une véritable aubaine pour alimenter les magasins de seconde main et encourager la lutte contre le gaspillage.

Ensuite, l’accueil du citoyen avec le Pôle d’accueil, véritable porte d’entrée d’information citoyenne. L’objectif : se simplifier la ville, trouver la bonne réponse et la bonne orientation en un endroit, quelle que soit la question : recherche d’une crèche, demande d’allocation pour personnes handicapées, volontariat,…  Ainsi qu’un espace d’expositions permettant d’offrir une vitrine aux artistes locaux.

L’accueil de la petite enfance est également une offre coordonnée par le CPAS de Mons. Pour rappel, on retrouve dans ces structures :

  • La Crèche de Mons : 56 places
  • Crèche « Le Nid Douillet » :36 places
  • Crèche et MCAE de Jemappes (Fort Mahon) : 42 places;
  • La MCAE « Cité P’tit » : 24 places;
  • La MCAE « Bébé Lune » :12 places;
  • SAEC : 7 structures dans les écoles de la VDM + les accueillantes à domicile : 120 places

Soit 290 places d’accueil pour 472 enfants accueillis. Rappelons qu’une place d’accueil coûte 3.044 € par an.

ACASA, le service de maintien à domicile du CPAS, poursuit ses activités en proposant notamment :

  • Aides familiales
  • Repas à domicile
  • Livre accès
  • Aides ménagères
  • Taxi social
  • IDESS
  • Centre de coordination de soins et aides à domicile

Au total, 87,18 ETP travaillent au sein du service ACASA.

Deux projets liés à l’aide à la jeunesse seront prioritaires pour cette année 2018. Tout d’abord, la Maison de l’adolescent, dont l’objectif est d’offrir une porte d’entrée privilégiée pour les jeunes (11 à 25 ans) et pour leur famille. 3 axes seront développés par la future équipe : l’individuel (entretien et orientation), le partenariat (avec les opérateurs de terrain), le centre de ressources sur l’adolescence (partage de connaissances et d’expériences). Elle sera située dans l’îlot de la Grand Place. Ensuite, la problématique dite « des bébés parqués » avec la reprise de la Nacelle et l’extension de 10 à 24 places sur le site de la Cité de l’enfance. Un service complémentaire à ceux développés par la Cité de l’enfance.

Enfin, sur le plan du patrimoine, le CPAS de Mons suit l’avancement des différents projets en cours. Pour rappel :

  • La résidence services du Bois d’Havré, qui sera inaugurée le 20 décembre prochain à 10h ;
  • La rénovation des bâtiments Glépin avec la création d’un nouvel accueil général côté place Nervienne ;
  • La construction d’une nouvelle crèche à l’angle de la rue Achille Legrand ;
  • La rénovation et l’extension de la Bonne Maison de Bouzanton, qui passera de 80 à 120 lits ;
  • La création d’un habitat groupé pour les aînés, chemin de la cure d’air.


Conclusions générales

Le constat est clair : de plus en plus de personnes font appel aux services de notre CPAS, comme c’est le cas dans les autres villes. Cette réalité explique l’augmentation de notre budget 2018 de 6.716.175,99€ par rapport à 2017, soit une augmentation de 7,6 %.

Malgré des efforts importants, la dotation communale de la Ville de Mons à son CPAS a dû augmenter de 983.869€ (6,18%). Cette augmentation est moins élevée que l’augmentation de la charge nette de l’action sociale qui est de + 1.015.737 € entre 2017 et 2018.

Comme le confirme une étude récente du SPP Intégration sociale réalisée au niveau du fédéral, les CPAS mettent tout en œuvre pour mobiliser les personnes émargeant au RIS. En effet, 86.305 bénéficiaires du RIS ont été suivis pendant 4 ans par le SPP Intégration sociale :

  •  
  • 70 % d’entre eux ont quitté le RIS;
  • 42 % de ceux-ci ont retrouvé du travail;
  • 17 % ont retrouvé leur droit au chômage.
     

C’est le résultat de l’action sociale et de l’investissement quotidien du personnel des CPAS.

 

Enfin, pour conclure,

  • NON, le CPAS n’est pas un mistercash ;
  • OUI, le CPAS assure ses missions de base ;
  • OUI, le CPAS est moteur d’intégration sociale et professionnelle ;
  • OUI, les actions sociales ont un coût ;
  • OUI, investir dans la cohésion sociale est un choix politique ;
  • OUI, c’est au service public d’assumer…

 

Ce sont les transferts de charge des pouvoirs fédéraux vers les pouvoirs locaux qui doivent être inversés.